Actualités‎ > ‎

Quoi de neuf docteur ? La maladie de Lyme.

publié le 2 oct. 2010 à 07:36 par JF Bonnet
La maladie de Lyme.

Nous entendons beaucoup parler autour de nous de la maladie de Lyme (ou borréliose de Lyme). Mais qu’est-ce donc que cette maladie qui touche certains coureurs et en effraie bien d’autres ? 

La borréliose de Lyme (ou maladie de Lyme) est due à une bactérie de forme hélicoïdale 
 qui est hébergée par une tique. Cette tique, en se nourrissant de votre sang, va gentiment vous «refiler » la bactérie. Sympa la copine ! Les tiques, que l’on pourrait assimiler à de microscopiques vampires, se délectent généralement du sang de petits mammifères tels que les rongeurs, ou encore les grands herbivores comme les cerfs et biches. 

Mais, quand par inadvertance, un coureur inconscient ose braver leur territoire (généralement des sous-bois humides mais aussi des prairies, des friches voire des parcs et jardins en zones urbanisées) elles ne disent pas non à un petit encas supplémentaire. 

Mais attention, la tique est plutôt lente à la déglutition et ne vous transmettra la bactérie que si elle se nourrit de votre sang pendant au moins 5h, voire même plutôt 24h. Il faut aussi préciser que seules 10 à 15% des tiques sont infectées par la bactérie et qu’une tique infectée n’a environ que 10% de chance de vous inoculer la bactérie, même si elle reste accrochée à votre peau pendant un temps suffisamment long. Donc pas de panique ! Mais, malheureusement, un seul repas suffisamment prolongé peut suffire à vous contaminer ! 

Ce qu’il faut aussi savoir, c’est que les populations de tiques disparaissent quand la température est inférieure à 7°C ou supérieure à 25°C et que les périodes à risque pour l’homme s’étalent de mars à fin juin. 

Donc, une fois que la tique vous a bien gentiment largué sa copine, la bactérie, cette dernière va se multiplier dans votre organisme qui va cependant se défendre en produisant des anticorps. Malheureusement pour nous, cette bactérie est capable de changer d’apparence ce qui fait qu’une première infection par la bactérie ne vous protège malheureusement pas d’une infection ultérieure. En effet, les anticorps développés lors de la première infection ne seront pas forcément capables de reconnaître l’intrus lors de la deuxième piqûre et vous développerez à nouveau la maladie. 
Cette maladie se manifeste d’abord par un érythème circulaire à l’endroit de la morsure de la tique 1 à 4 semaines après la morsure (phase 1). Puis, il y a dissémination de la bactérie dans le corps (phase 2 qui peut guérir spontanément). La phase 3 peut survenir des mois, voire des années, après l’infection et se manifeste par des atteintes neurologiques, articulaires ou dermatologiques. 

Un traitement antibiotique s’impose quand la maladie est avérée. Par contre, la prise d’un traitement antibiotique après une simple piqûre de tique n’est pas recommandée. 

Comment se prémunir ? Il n’existe pas de vaccin contre la bactérie, mais peut-être qu’un jour il y en aura un de disponible contre la tique ? Pour éviter d’être contaminé, il vaut mieux faire une inspection méticuleuse de tous les endroits de votre corps après chaque sortie en forêt. On peut éventuellement vaporiser ses vêtements avec un répulsif mais attention certains ne sont pas anodins pour votre peau !! 

Comment retirer la tique ? Eviter l’utilisation d’alcool ou de tout produit agressif qui risque d’augmenter la contamination. Eviter de comprimer le corps de la tique qui augmente également le risque de contamination. Utiliser plutôt le crochet Tire-Tique que la pince à épiler. 

Si la tique se casse, il peut alors apparaître une réaction cutanée au point de piqûre mais aucune contamination par le pathogène n’est possible. 



Attention !! La borréliose de Lyme (due à une bactérie) n’est pas à confondre avec la Méningite Encéphalique à Tique (MET) qui est due à un virus et est plus rare. Heureusement, car elle peut éventuellement conduire à une grave méningite (1% de mortalité). Il n’y a pas de traitement mais un vaccin est disponible. 

Quelques statistiques: En Alsace entre 2001 et 2003 : 86 cas sur 100 000 habitants mais 279 cas sur 100 000 dans le canton de Munster et environ 220 dans le canton de Guebwiller. Dans le grand Est : 14% de la population possèdent des anticorps contre la bactérie et ont donc été infectées à un moment ou à un autre. 27% en Alsace !!! 
Les bucherons sont les plus touchés ! 

Quelques références utilisées:
La maladie de Lyme : données du réseau de surveillance de la maladie en Alsace Mars 2001-Février 2003. Ministère des Solidarités de la Santé et de la Famille et Institut de Veille Sanitaire 

http://www.maladies-a-tiques.com/Maladie-de-Lyme.htm 
http://www.maladies-a-tiques.com/Prevention.htm 
http://www.tiques.fr/htdocs/meningo_encephalite.html 


Colmar le 02/10/2010 
Véronique Brault 

Comments